ARCHI-SCULPTURE

Dans la continuité du processus de conception architectural et artistique, les sculptures permettent de magnifier une réflexion illustrée en corrélation avec les techniques de son époque pour exprimer un sentiment , une vision de sa société. 

Les œuvres forment un trait d'union entre matière grise et matière première, pour exprimer des ''Archisculptures'' mettant en tension selon les échelles d'expressions, les caractéristiques de l'architecture de la Nature et celle de l'Homme. 

Concours Mémoriel 2° GM au Fort du Chay à Royan ( Fr) 

"Nous n'oublierons la voile  levée sur l'horizon de notre avenir"

En cours (phase finale)

En collaboration avec Celia Gouveiac - Sculptrice

Projet : Monument - Sculpture 

Type : Colonne urbaine béton translucide / Main Bronze argenté

Format : 6m Hauteur , 5m d'envergure

 « Lorsque le temps s’arrête il devient lieu ». C’est de ce postulat que nous avons imaginé l’œuvre mémorielle située au Fort du Chay de Royan. Scénariser une matière architecturée faisant écho à une mémoire sensorielle pour révéler l’histoire d’une ville et son avenir.

L’homme à travers les arts et l’architecture exprime une vision morale parfois même utopiste du monde. Ces deux domaines constituent des valeurs fondamentales dans l’avènement de notre société, comme vecteur de relation social et d’unification.

Cette structure urbaine-humaine de forme cylindrique, son visage aux multiples facettes architecturales rappelle les forteresses du 19ème siècle érigés par les royannais puis substituées par les bunkers que l’armée allemande avaient déployés sur la côte pour se protéger des alliés.

Cette « tour de pise royannaise », qui au contact du soleil, des reflets lissés par l’Océan, s’illumine, se charge de cette émotion lumineuse qu’offre les drapés océaniques. Au lever du soleil ce fragment d’architecture chargé de lumière semble frappé le sol, tel un obus martelant les structures de béton allemandes. Tandis qu’au coucher du soleil cette artefact urbain de béton translucide, dans son éclat de lumière semble surgir de terre, comme si la matière refaisait surface, reprenait place pour de nouveau générer des formes définissant la nouvelle architecture des royannais.(...)

 

"Témoins d'un sillage "

Concours fondation François Schneider - 9° édition 2020

*  

Projet : Sculpture – œuvre non réalisée ( en cours d'étude)

Type : trois colonnes hexagonales verre/béton 

Format : 700ht x350mm / 800ht x400mm / 900 ht x300mm

L’eau occupe notre corps et notre esprit par son occupation de la surface de notre planète et son action primordiale dans les processus d’altération, d’érosion, de transport et de sédimentation. L’eau est le moyen de transport des particules, qui grâce à ses mouvements est au cœur de la plupart des processus d’évolution sédimentaire mais aussi dans l’élaboration de nos strates architecturales civilisationnelles.
 
La sculpture consiste en une mise en abime de l’élément eau, exprimant, grâce à sa dynamique, sa mémoire, au travers des structures minérales et architecturales figées par l’homme et la nature. Ainsi l’idée de cette œuvre retranscrit dans toute sa symbolique la poésie minéralogique liée à la dynamique l’eau : altération, érosion, transport, diagenèse et sédimentation, et cimentation formant des cristaux telle l’aigue marine, mais aussi le sable, matière primaire détournée pour l’élaboration de nos cristaux urbains. Le minerai naturel ou architecturé révèle les caractéristiques identitaires de l’eau : ses nuances harmoniques de couleurs, ses ondulations, son rapport à la lumière, sa profondeur, son immensité.

 

Ces colonnes montrent le dualisme dans les besoins de l’eau entre architecture de l’homme et architecture de la nature, ou cette dernière n’a pas besoin d’être sculptée pour exprimer des géométries parfaites aux nuances. Les mouvements vitaux de l’eau ont permis à l’homme d’édifier sa matière et à la nature de dévoiler la beauté des minerais, leur relief, leur caractère tourmenté.  

 

"Artefact" XII

Œuvre à titre privé 2020

Projet : Sculpture 

Type : Bois brulé ( Shou Sugi Ban)

Format : 100ht x 20cm

"Structure végétale verticale à l'origine, l'arbre subit un phénomène créé de toute pièce par les conditions expérimentales, pour formuler des besoins d'ériger des utopies urbaines. Ainsi le bois ayant subi une première transformation par l’homme, pour devenir un produit de la construction, se distingue à nouveau provoqué par un phénomène naturel. Par la technique du Shou Sugi Ban, il révèle sa nouvelle écorce pour s'ériger telle une divinité architecturale"

 

"Artefact" XI

Projet : Sculpture 

Type : Bois brulé ( Shou Sugi Ban)

Format : 100ht x 20cm

"Structure végétale verticale à l'origine, l'arbre subit un phénomène créé de toute pièce par les conditions expérimentales, pour formuler des besoins d'ériger des utopies urbaines. Ainsi le bois ayant subi une première transformation par l’homme, pour devenir un produit de la construction, se distingue à nouveau provoqué par un phénomène naturel. Par la technique du Shou Sugi Ban, il révèle sa nouvelle écorce pour s'ériger telle une divinité architecturale"

 

"Eclosion " XI

Œuvre à titre privé 2020

*  

Projet : Sculpture 

Type : Encre de chine / mine de plomb sur céramique 

socle en bois brulé ( Shou Sugi Ban)

Format : 200ht x130mm

"La ville naît de l'architecture d'une vie, de cette création inséparable de la vie et de la société ou elle se produit. Comme Aldo Rossi le formule, elle éclot d'un sacrifice de l'individu au bénéfice d'une collectivité. "

 

Copyright © 2016-2020 by Marc Brousse

all rights reserved